Cinéphile m'était conté ...

Cinéphile m'était conté ...

Une occupation américaine (La femme de l'ombre)

Et voici le deuxième volet de La trilogie de l'ombre d'Arnaldur Indridason. Qui ressemble beaucoup au premier, par son cadre et son atmosphère. La période de la deuxième guerre mondiale vécue en Islande à travers la présence des troupes américaines fascine visiblement l'auteur et il est vrai qu'il y a de quoi car cela fut la perte de l'innocence pour ce pays longtemps isolé et une première ouverture au monde, passablement douloureuse pour des insulaires plus ou moins ravis de cette occupation qui bouleversait leurs habitudes. La femme de l'ombre est construit autour de deux intrigues criminelles et un léger décalage temporel qui en rehausse l'intérêt. L'aventure de ce navire, l'Esja, qui embarqua un certain nombre de ressortissants islandais hors du Danemark occupé par les nazis, ouvre notamment des pistes passionnantes pour une enquête policière. Si des dialogues trop banals, comme souvent chez Indridason, et des interrogatoire la plupart du temps sans surprise (du refus de parler à la libération de la parole) sont à même de tempérer l'enthousiasme, le savoir-faire d'Indridason se révèle toujours efficace pour entrelacer ses différents récits et décrire avec précision cette période sombre de l'Histoire. Inutile de dire que l'on attend sereinement le dernier pan de ce triptyque, Le passage de l'ombre, à paraître au printemps prochain.

 

La-femme-de-l-ombre.jpg

 

L'auteur :

artfichier_485113_7067576_201703294534318.jpeg

 

Arnaldur Indridason est né le 28 janvier 1961 à Reykjavik. Il a publié 14 enquêtes du commissaire Erlendur Sveinsson et 6 autres polars.



26/12/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 39 autres membres